Shiatsu Yoseido

Yo Sei Do - Shiatsu academy - Bruxelles
Découvrez Maître Kawada

Découvrez Maître Kawada

Yuichi Kawada est né à Sano-cité, dans la province de Tochigi au Japon en mai 1946. Dès son plus jeune âge, il découvre l’art du shiatsu aux côtés de son père, Kotaro Kawada, thérapeute réputé au Japon.

A l’âge de 18 ans, il entre à la Nippon Shiatsu School où il a suivi les enseignements directs de:

    Tokujiro Namikoshi : le fondateur de la Nippon Shiatsu School
    Shizuto Masunaga : qui sera plus tard le fondateur de l’IOKAI
    Tadashi Izawa : Auteur du livre « Anpukuzukai » (Diagnostic et Traitement du ventre, applications en shiatsu).

 

Diplômé du Ministère de la Santé (agréation d'état obligatoire au Japon), il enrichit sa pratique auprès d'autres maîtres réputés de Tokyo ainsi qu'aux Philippines.

Maître Kawada est l'un des premiers pionniers dans l'art du shiatsu en Europe. Il a diffusé son savoir dans de nombreux pays avant de s'installer en Belgique où il ouvre son cabinet de thérapeute.

En 1990, il fonde l’école "Yoseido Shiatsu" à Bruxelles où il forme de nombreux thérapeutes.

Son enseignement est basé sur le grand livre de la médecine traditionnelle d'Extrême Orient: "Le Classique de la médecine interne de l'Empereur Jaune" et les lois de transformations exprimées dans le "I-King ", sources inépuisables qui nourrissent et enrichissent les observations et les interprétations des déséquilibres de l’homme et son environnement dont ils sont tributaires.

Ses spécialisations: l'étude des 12 méridiens principaux et les 8 vaisseaux curieux de la Médecine Traditionnelle Chinoise.

Auteur du livre "Le shiatsu essentiel" (Ed. Trédaniel), il enseigne des concepts philosophiques de la pensée orientale qui permettent de mieux comprendre les problèmes de l'homme contemporain. Une des clés que Maître Kawada propose est la relation corps/esprit.

Tadashi Izawa:

Auteur du livre "AnpukuzuKai et Therapie de la méthode shiatsu", livre sur les pratiques japonaises du shiatsu afin de mieux comprendre l'origine du travail du ventre alors que les chinois utilisaient plutôt le diagnostique du pouls.