Apprentissage de la vie, Seimei ( 生命 )

Caractère Japonais pour l’Âme

Cette semaine du 25 juin, était la dernière fois que les élèves de shiatsu de 3ème année de Yoseido Shiatsu Académie avaient pratiqué le shiatsu sur les patients de l’hôpital Saint-Luc. Ceux qui sont venus durant un an en fonction de deux fois par mois, devraient faire un rapport de comment ils ont vécu travailler sur tous ses patients.

Bien sûr, le shiatsu c’est une méthode préventive, donc ce n’est pas vraiment le but d’enlever la douleur ou le symptôme, mais c’est très important de sentir comme ses patients, surtout les patients qui sont atteignent d’une grave maladie comme le cancer, vont affronter leur maladie, angoisse, peur, y compris la douleur physique.

La vie de chaque individu est vraiment très précieuse, on se rend compte quand on voit en face de quelqu’un qui a vraiment très grave maladie, dans une telle situation, quand on voit le malade qui respire difficilement, chaque respiration qu’on a quand on n’est en bonne santé jamais pense-t-on a une telle chose nous arriver. Souvent ces élèves de 3èm années de shiatsu qui auront affrontent les vraies malades en face d’eux, ils se rendent compte, la vie est si fragile et si délicate et précieuse.

Cet aspect métaphysique joue un rôle très important en posant la question de comprendre mieux le sens de la vie. Le pionnier de méridien de shiatsu Shizuto Masunaga, celui qui a écrit le livre de méridien shiatsu, utilisait le vocabulaire, Seimei Kiyokan ( 生命共感 ), c’est quelquefois difficile de traduire ce mot, mais on peut dire que c’est comme sentir l’âme vitale de l’autrui.

Dans le bouddhisme on dit Kannô dokô ( 感応道交 ) ça veut dire la profondeur de croyance ramène plus près de l’esprit du Bouddha. Nous sommes êtres humains qui ont le sentiment, plus exactement l’âme qui partage avec les autres âmes. Quand on fait le shiatsu on découvre qu’il y a beaucoup de points qui indiquent tous ces points de différentes âmes. Donc en shiatsu on essaye de sentir aussi bien notre âme que simplement le corps physique. Souvent les élèves qui avaient fait le shiatsu aux vraies malades à l’hôpital, ils avaient senti ce contact direct de leurs âmes.

Dans le concept oriental, il y a le corps physique, le mental, capacité intellectuelle, et l’âme qui existe depuis qu’on est née. On met beaucoup d’importance dans cette partie d’âme que notre sens de destiné, inspiration viennent.