Transmission par la parole

Le texte de l’Empereur Jaune est la Bible de la médecine orientale et celui qui donne la substance derrière ce texte est l’I-King, le livre des transformations qui date de presque 4000 ans d’existence. Le livre des transformations est vaste dans ses applications, il ne se limite pas uniquement à la médecine, mais aussi dans l’oracle divinatoire et plein des autres disciplines y compris les sciences telles que les mathématiques, chimie et physique.

Mais revenant a le texte d’Empereur Jaune. Il y a deux versions qui existent, un qui était fait par Ohbiyo qui a mis l’importance sur la cosmologie et l’autre qui est Yojiyozen qui a très bien élabore chaque chapitre de ce texte. Tous les deux existaient pendant le temps de la dynastie Tang du 7ème siècle après Christ. Dans la version de Yojiyozen, ça commence par la difficulté de transmettre toutes ces connaissances des savants par l’écrite ou simplement les laisser à la transmission de parole comme dans le zen Bouddhisme, Isshin Denshin ( transmission de l’âme à l’autre l’âme).

Il avait pris l’exemple du seigneur Kanko qui lisait le texte du sage ancien, il avait la menuisière qui travaillait en fabriquant le chariot au sous-sol qui montait à l’étage plus haut pour demander à son seigneur:

« Mon seigneur, qu’est-ce que vous lisez? »
Le seigneur répondu: « Je lis la parole de sage »
La menuisière demanda à son seigneur: « Y a-t-il de sage présent ? »
Le seigneur disait: « Non, il est déjà mort »
Le menuisière dise « Alors, cette parole de sage n’a pas de validité ».

Le seigneur s’est mis en colère, en lui répondant, « quelque qu’un qui est simple fabricant de chariot, tu ne comprends pas la vérité de parole de ce sage ». Alors la menuisière a expliqué sa pensée « si la chose est trop molle, ça devienne trop fragile pour consolider, mais si c’est trop dur, ça devienne difficile d’être souple. Mais si c’est ni mous ni dur, on peut sentir dans ses mains, mais son esprit ne pouvait pas capter la subtilité de cette sensation. On ne pouvait pas s’exprimer cette sensation par parole. J’ai essayé de transmettre mes savoirs à mon enfant depuis 70 ans, mais Je n’arrive pas toujours lui transmettre certaines choses qui est extrêmement difficile de transmettre par parole ».

L’histoire de texte c’est qu’on ne pouvait pas transmettre certaines choses par uniquement par l’écrite, sans utilisait le texte, on ne pouvait rien transmettre pour une génération de comprendre ce qui était l’important de sujet de débat. La médecine traditionnelle d’orient a toujours essayé de maintenir un délicat équilibre entre la théorie et la pratique de transmettre leur savoir et laisser chaque thérapeute de faire ça propre conclusion avec ses expériences personnelles tout en respectant la connaissance de savoir traditionnelle. On appelle cela Onkotchishin.